Ethique & Déontologie


Code de Déontologie du Psychothérapeute formé à l’Institut Marocain de Psychothérapie Relationnelle



Charte éthique pour l’ensemble des formations à l’institut Marocain de Psychothérapie Relationnelle


En adoptant cette charte éthique, l’Institut Marocain de Psychothérapie Relationnelle met en place un cadre régulateur au profit des étudiants, formateurs, psychothérapeutes en devenir, pouvoirs publics, et toute personne appelée à recourir aux soins des étudiants de notre Institut, devenus psychothérapeutes.

Aborder cette profession, par le biais d’une charte éthique, est primordial. Cette profession est majeure, et cette charte éthique permet de définir et sécuriser le champ professionnel, épistémologique et déontologique qu’elle requiert.

L’Institut Marocain de Psychothérapie Relationnelle est fier d’avoir adopté cette charte (calquée sur les normes Françaises, Européennes et Canadiennes) qui vient encadrer tant la forme que le fond dispensés par notre Institut. Nous avons, en effet, tenu à nous présenter par le biais de nos principes, afin que le cursus de psychothérapeute (y incluant les autres modules de formation) soit honorable et digne comme il convient à une science que Nietzsche aurait pu dire surhumaine. Dans la justesse et l’exigence, aussi.

1. Engagement

L’IMPR se doit de présenter à ses étudiants cette charte éthique et la leur donne à signer au début de leur formation.

2. Relation étudiant – formateur

2.1. La relation étudiant – formateur est une relation professionnelle.

2.2. Le formateur est conscient de son influence et de son pouvoir inhérent à la situation d’apprentissage et s’engage à ne pas en abuser. Il s’interdit d’avoir des relations sexuelles avec tout étudiant de l’école où il enseigne.

2.3. Le formateur sera attentif notamment à ne pas cumuler les rôles de formateur-superviseur et de psychothérapeute pour une même personne. Un formateur s’abstient d’accepter en psychothérapie un étudiant en formation à l’institut dans lequel le formateur intervient.

2.4. Lorsqu’une personne est en psychothérapie et candidate à une formation dans laquelle son psychothérapeute est formateur, l’équipe pédagogique responsable de la formation doit considérer cette candidature avec soin et au cas par cas en fonction de la personne, de son histoire psychothérapeutique notamment avec le psychothérapeute-formateur et du dispositif pédagogique. Il en sera de même pour toutes les procédures d’évaluation au cours de la formation.

3. Confidentialité

3.1. Les informations personnelles issues de situations expérientielles d’implication personnelle et d’entraînement à la pratique durant la formation doivent rester confidentielles à l’intérieur de l’espace d’apprentissage.

3.2. Lorsqu’un formateur souhaite faire l’usage d’informations spécifiques recueillies au cours d’un travail expérientiel en vue d’une conférence ou d’une publication, il doit avertir l’étudiant, obtenir son accord et s’engager à préserver l’anonymat des personnes concernées. Idem pour la publication de photos sur les réseaux sociaux et Internet.

4. Compétences

Les formateurs doivent être conscients de leurs ressources et de leurs limites. Ils s’engagent à poursuivre leur développement professionnel et personnel.

5. Sélection et évaluation

Un soin particulier sera apporté à l’évaluation des étudiants. Un professionnel extérieur à l’institut pourrait être invité pour contribuer à la qualité et à l’objectivité de l’évaluation finale.

6. Présentation de l’institut

Les informations fournies par l’institut sur son programme doivent être claires, complètes et respectueuses de la dignité de chacun, pour une bonne visibilité de l’étudiant.

7. Relations entre instituts

Un soin particulier sera porté aux relations entre instituts. En particulier, dans le cas où un étudiant souhaite arrêter une formation longue en cours et contacte l’IMPR, ce dernier est tenu de consulter l’institut précédent et de différer l’entrée en formation du candidat tant que la situation et les causes de départ de l’étudiant n’ont pas été clarifiées.

8. Commissions de médiation

8.1. Commission de médiation de l’institut
• Lorsqu’un étudiant représente, aux yeux de l’institut, un danger pour lui même ou pour les autres, ou lorsqu’une plainte est déposée contre un formateur ou contre l’institut : Une instance de médiation étudiants/formateurs peut être mise en place pour prendre toute décision utile, pouvant aller jusqu’à l’exclusion de toute personne impliquée dans la situation.
Le but de cette instance de médiation est de :
• réguler les conflits, entendre les parties adverses, leur permettre de confronter leurs points de vue et de proposer, émettre un conseil et dans l’intérêt commun, prendre toute mesure qui semblerait utile ; ainsi que statuer sur l’objet du litige.

9. Relations entre les intervenants et l’institut

Les formateurs s’engagent à ne pas outrepasser leur mission au service de l’institut. En particulier, ils s’engagent à ne pas faire de publicité ni promouvoir leurs activités en leur nom propre ou s’exercer dans le cadre d’un autre institut.